On ne meurt pas de froid en France !

Publié le par grignette



Ca fait joli de dire qu'en hiver, les sans domicile meurent de froid sur les trottoirs ! On se compasse, on s'émeut, on se trouve un nouveau fer de lance contre le gouvernement. On s'égosille même, tout seul devant notre ordinateur !

Mais on ne meurt pas de froid en France. Tel est mon avis ! Alors pourquoi on meurt dans la rue ? Essayez la et vous comprendrez vite ! Si vous n'avez pas un rond, si toutes les démarches que vous faites sont un échec, si vous n'avez pas de famille ou si celle-ci dédaigneusement vous ignore, s'il vous est devenu impossible de cligner des yeux devant la moindre lueur d'espoir, parce que l'espoir a définitivement basculé dans le néant, vous verrez si c'est le froid qui vous prend où bien si c'est vous qui vous offrez au froid ! Le froid n'est que l'ami qui vous veut du bien. Il vous couche, vous immobilise et vous endort ! Il vous emporte doucement vers la mort, vous délivre de la caresse rugueuse de l'asphalte qui vous ronge jusqu'à l'intime et secret dernier espoir !

On harcèle Christine Boutin, on la met en demeure de réagir devant l'hécatombe de morts dans la rue. Mais elle ne peut rien faire, Christine Boutin. Ce n'est pas parce qu'elle va obliger les sans domicile à monter dans un fourgon pour être conduits dans un foyer crasseux que la mort reculera. La mort, elle prend dans la rue ceux qui n'en peuvent plus ! Elle les délivre de toute la douleur infligée par une société dépourvue d'âme, d'une société armée jusqu'aux dents ! Prenez-vous en plutôt aux spéculateurs, à ceux qui ont investi dans la pierre et qui comptent bien que celle-ci soit à la hauteur de leurs espérances ! La pierre est une valeur sure, dites-vous ? Oui, et je le sais parce que j'ai eu une entreprise de gestion de patrimoine ! Les propriétaires n'ont que faire des problèmes des gens, ils veulent que les loyers entrent parce qu'ils veulent atteindre le rendement promis lors de l'achat du bien !!! Ils veulent pouvoir payer les mensualités du crédit contracté pour l'achat locatif. Ils ne veulent pas être dans la merde, alors ils usent du locataire, ils en changent au petit trot et sans état d'âme. 

Alors c'est beau de s'apitoyer sur le sort des sans domicile. Mais il faut lever un peu plus le voile, découvrir le panier de crabes, s'en prendre au mal et non pas s'en tenir aux victimes dont on brandit la dignité comme autant de drapeaux bien pensants et qu'on laisse immoler sur l'autel du profit !

Je viens de créer un blog La boite à toits. J'ai l'espoir qu'il pourra si ce n'est changer la donne, du moins apporter quelques solutions viables, durables, vivables ! Je vais rouler ma bosse sur Internet pour y trouver l'élan, découvrir à travers des initiatives, des témoignages, pour essayer de régler me propres problèmes aussi. Ah oui, ce blog aura de la publicité. J'ai besoin d'argent pour payer mon loyer sinon c'est la rue chez moi aussi. Je vais essayer de cumuler ainsi des petits gains, histoire de garder en vie la veilleuse de l'espoir et de garantir à mes enfants une fin d'année scolaire digne.

La Crise n'est pas une fatalité. Elle n'est pas seulement la conséquence de la gouvernance d'incompétnts. Elle est la conséquence de notre propre aveuglement. Elle est le résultat de notre politique d'individualistes toujours prêts à marcher sur la tête des plus faibles, sans tirer la moindre synthèse de nos actes. La solution ne viendra pas du chapeau du président de la République, fusse-t-il expert dans l'art du discours et de l'endormissement général. La solution viendra de notre capacité à changer, à accepter de perdre de l'avoir pour gagner de l'Etre. mais ce sera le sujet d'un autre article... Soyez heureux parmi ceux que vous aimez et regardez bien votre toit. Il se peut que demain, il soit emporté par la crise.


 

Publié dans Dans la rue

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

grignette 31/12/2008 00:12

Merci ma biche....

Charlotte 30/12/2008 22:29

Coucou Bichette, j'ai mis le début de ton article sur le panier, afin de t"envoyer du monde. Gross poutous