Le froid tue, l'hiver, l'été tuent les sans abris

Publié le par grignette


On pense aux sans abris en hiver quand nous-mêmes sentons dans nos jambes la hâte de nous retrouver à la maison pour nous chauffer les extrémités. Un petit coup de froid et on s'alarme, on s'emmitoufle, on se carapace. Avez-vous déjà vécu quelques heures dans le froid ? Quand celui-ci commence à vous faire mal à la tête, quand vous ne sentez plus vos mains, quand tout l'intérieur de vous frissonne ? La fatigue vous prend alors car le corps se dépense énormément pour tenter de rester à la bonne température. La déprime vous gagne, vous avez l'impression que vous ne parviendrez jamais à vous réchauffer. Vous avez beau cumuler les couches de vêtements, rien n'y fait, la température du corps s'affaisse irrémédiablement.

Il ne reste plus qu'à vous mettre à la place de celui qui n'a pas de domicile. Le froid lui prend la tête, le corps, les extrémités mais il n'a pas l'espoir qu'en pressant le pas, il sera plus vite au chaud. Il marche pour ne pas se laisser faucher par la mort, il est las, il est sans illusion. Et quand son corps ne peut plus lutter, il se laisse refroidir sur le bord d'un trottoir, sur un bout de carton. Une vie prend fin dans le désarroi, une vie s'en va dans l'indifférence.

Mais qu'a-t-il fait celui-là pour être ainsi sévèrement puni ?
Mais qu'à-t-il fait celui-là pour être sans toit ?
Mais qu'à-t-il fait celui-là pour être aussi résigné, pour mettre raisonnablement ses pas dans ceux qui sont morts déjà ?

Une ombre au tableau qu'on voulait idyllique a vite fait de vous plonger dans le noir total... Perte d'emploi, divorce, non paiement de la pension alimentaire, etc... que des petits soucis qu'on croit pouvoir éviter, qu'on croit pouvoir dépasser mais qui vous rattrapent sans crier gare, un beau matin, tiens, juste avant Noël... Vous aviez fait des projets, certes pas mirobolants car les finances ne sont pas au beau fixe. A Noël, cette année, on ira faire un tour à la montagne, on verra la neige. A Noël, on se fera un cadeau, un seul, l'heure n'est plus au gaspillage. A Noël, on sera en famille et on se réjouira.... Il ne reste plus que... trois semaines avant Noël. Et pendant ces trois semaines, le destin décidera de vous mettre des bâtons dans les roues, et comme la chariotte n'est pas des plus solides, elle s'affaisse, elle se tasse, elle reste dans la gadoue. Alors, il ne vous reste plus qu'à espérer que Noël passe très vite... Que vous soyez un autre jour... Votre cerveau cherche une solution. Non, vous ne pouvez pas vous retrouver, VOUS, dans la rue. Vous n'y étiez pas prédestinés ? Il doit y avoir une solution... Il doit y avoir des aides... Mais votre cerveau tourne en rond... Les enfants, où vont-ils allés ? Il faut qu'ils finissent leur scolarité.. Six mois à tenir et peut-être en été, on y verra plus clair. L'été, on ne meurt pas de froid ! L'été, on peut vivre à la belle étoile ! L'été ne fait pas tant de ravages... Mais si... L'homme n'est pas fait pour vivre dehors. Cet animal à sang chaud a besoin d'un abri sinon il meurt... Et vous ne voulez pas mourir....


Legrand veut installer des milliers de tentes

«Le Mickaël Moore des SDF», comme il se surnomme lui-même, est de retour. Augustin Legrand, le porte-parole de l'association Les Enfants de Don Quichotte, s'était rendu célèbre il y a deux ans en lançant l'installation de dizaines de tentes au bord du Canal Saint Martin.

Au moment où la France traverse une période de grand froid, Legrand a dévoilé, dans un entretien accordé au site internet rue89, ses intentions et ses nouveaux projets. «On va remonter un campement à l’issue de l’hiver. On évitera l’écueil de l’acte I, on ne fera pas un, mais des campements», déclare -t-il. Décidé à «combattre pour engager un rapport de force" avec le gouvernement , le porte-parole des Enfants de Don Quichotte souhaite également exiger de l'Etat plus que les 2,5 milliards proposés il y a un an. «Quand on voit que 26 milliards ont été débloqués pour le plan de relance, c’est réaliste.»  Leparisien.fr

Publié dans Dans la rue

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article